[Test] Final Fantasy VII Remake

 

23 ans en arrière, Final Fantasy VII sort sur Playstation en France, une première pour la série !
Tout jeune de 4 ans à l’époque et récent possesseur de la console offerte par mes parents, je découvre le jeu et tombe sous son charme malgré le fait que je ne sache pas lire.
Nous sommes en 2020 et Square Enix nous sert ce Remake de l’un des RPG les plus populaires de tous les temps et ils ont mis les petits plats dans les grands.

Ce qui saute aux yeux directement, ce sont bien sur ces graphismes tout simplement sublimes ! Dès la cinématique d’intro, la nostalgie nous saute en plein visage et la ville de Midgar nous apparaît plus vivante que jamais ! Et c’est le cas, Cloud, Barret, Tifa, Jesse, tout est bien plus vivant.

Le seul point négatif aux égards des graphismes que je pourrais avoir se situe aux niveaux des textures franchement très pauvres par moment, la plupart du temps présente sur des objets secondaires mais dans le cadre d’une discussion avec quelqu’un, la caméra ne loupe presque jamais ces textures baveuses, dommage..

C’est beau et dynamique !

Malgré cela, le travail fourni par Square Enix est phénoménal et transpire la qualité par tous les pores. Il ne s’agit pas d’un simple Remake du jeu original, le matériau de base se trouve ici transcender et insuffle une personnalité bien plus riche et bien plus profonde aux personnages considérés comme secondaires.
Et heureusement car le jeu fait partie d’un projet d’ampleur plus vastes visant à couvrir toutes les partie du jeu là ou cette première partie du Remake n’aborde « que » la partie Midgar, couvrant 6 à 7h de jeu de l’opus PS1
Le jeu prend donc son temps pour raconter son histoire, ces personnages, son ambiance tout en ajoutant de nouveaux éléments loin de faire tâche dans cette relecture.

L’augmentation des stats de vos armes et matérias sont de la partie

Exit le tour à tour concernant les combats, nous nous retrouvons cette fois avec un système de combat plus dynamique mais loin d’être dénué de stratégie pour autant.
Foncer tête baissée ne vous réussira guère qu’au début du jeu et vous devrez jongler avec la jauge ATB afin de pouvoir activer vos compétences ou vos sorts si vous souhaitez vous soigner ou infliger plus de dégâts.

Le système se rapproche d’ailleurs beaucoup de FFXIII dans son utilisation du système de Choc qui, une fois une jauge rempli au fur et à mesure de vos attaques, s’activera et enclenchera un traumatisme de l’ennemi vous permettant de lui infliger beaucoup plus de dégâts durant une période limitée.
Il vous faudra donc trouver les faiblesses vos ennemis et les exploiter afin de réussir au mieux vos combats, la difficulté étant assez bien dosée le challenge restera tout de même assez présent.

Évidemment que la moto est présente !

Le jeu fait également un sans faute dans sa bande son avec des recompositions sublimant le travail d’origine.
C’est une vraie claque que l’on se prend dans la gueule et un plaisir de chaque instant d’enclencher un combat avec le thème « Let the Battles Begin ! » , frissons garantis pour tout fan !
Chaque thème sonne juste et nous transporte plus de 20 ans en arrière avec brio et les musiques dynamique s’adapte à votre avancé ce qui a nécessité un travail de titan de la part des compositeurs (preuve en est, l’OST tiendra sur pas moins de 7CD !)
Le bat blesse concernant le doublage Français cependant, assez loin de la qualité de FFXV qui était en tout point réussi à mon sens. Rien à signaler concernant les voix Japonaises qui sont impeccables.

Enfin la durée de vie est assez énorme, comptez près de 40-50h pour terminer le jeu principal avec la plupart des quêtes annexes, ce qui vous permettra de débloquer le mode Difficile et là je vous souhaite bon courage

Ifrit est colère

Final Fantasy VII Remake est une grosse lettre d’amour au fan de cette épisode ayant marqué le coeur de nombreux joueurs dans le monde, le mien inclus.
Généreux, fidèle et amusant, il représente ce que chaque Remake devrait être : Une relecture d’une oeuvre originale respectant le matériau de base tout en s’émancipant suffisamment de son prédécesseur pour être vu comme un jeu à part entière et différent.
Un indispensable pour les fans et les nouveaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.