[Test] Octopath Traveler

Autrefois exclusif à la Switch, Octopath Traveler nous arrive désormais sur PC grâce à un portage Steam de très bonne qualité !

8 personnages vous attendent dans ce JRPG à l’ancienne, chacun disposant d’un background propre mais aussi d’habilité particulières leurs permettant d’agir avec leur environnement.
Par exemple Cyrus, un érudit, peut scruter les PNJ dans le cadre d’une enquête afin de déméler le vrai du faux ou encore Tressa la marchande pourra acheter des objets particuliers à certaines personnes et parfois avec une remise.
Bref une pluralité assez bienvenue dans un jeu de cet acabit et qui sert également aux scénarios des différents protagonistes.

La direction artistique est superbe !

Mais malheureusement le bât blesse quand il s’agit d’unité d’équipe.
Car oui on se retrouve avec 8 scénarios de base différents mais après avoir terminé l’un d’entre eux, le personnage rejoint le groupe et c’est tout.
Comprenez par là qu’ils ne se retrouveront pas autour d’un feu de camps à discuter de leur ambitions ou de leurs rêves, non il ne s’agit que d’une suite de chapitre avec peu d’interactions entre eux ce qui rend le récit assez décousu au final.
Certains y trouveront probablement leur compte, je préfère personnellement quand un scénario est cohérent avec lui-même et son univers.

Côté gameplay, Octopath Traveler s’avère dans la digne lignée de la série Bravely Default, développé par la même équipe.
Du tour par tour vous permettant de stocker vos actions afin d’en sortir jusqu’à 4 d’un seul coup.
Vous devrez donc adapter vos stratégies en fonction des ressources dont vous disposerez afin de venir à bout des ennemis.
Même s’il s’avère intéressant et amusant, le système de jeu montre quelques peu sa redondance au bout de plusieurs heures de jeu…
Sachez d’ailleurs que la durée de vie du titre tourne autour des 50h.

Trouvez les faiblesses de vos ennemis afin de leur Faille et leur faire perdre un tour

Artistiquement le titre envoie une bonne patate dans les dents !
Tournant sous Unreal Engine 4, la 2D du titre s’avère propre tout en rendant un vibrant hommage aux jeux de l’époque.
Même le rapport de taille inversé entre le sprite 2D et le modèle de combat respecte cette tradition ce qui rend le jeu d’autant plus attachant.
Très belle performance également côté musique qui tape presque toujours juste est qui est un régal pur pour les oreilles.

Octopath Traveler est un jeu baigné de nostalgie mais qui montre qu’il a été pensé pour une plateforme mobile.
Ces scénarios, bien qu’intéressant, peuvent être terminés en peu de temps afin de favoriser les courtes sessions mais en sacrifiant la cohérence narrative de l’ensemble du récit.
Beau et amusant à prendre en main, il laisse cependant un léger goût amer.
Très loin d’être un mauvais jeu, il lui manque cependant l’étincelle lui permettant de se hisser au rang de JRPG indispensable

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.